Aidant proche ?

Nous avons listé pour vous une série de questions souvent posées à notre équipe.

Cette liste n’est pas exhaustive, elle offre une rĂ©ponse Ă  vos questions.

Qu’entend-on par aidant proche ?
Illustration Aidant proche

Qu’entend-on par aidant proche ?

Pour l’asbl Aidants Proches, « est aidant proche toute personne qui apporte régulièrement son aide à un proche en déficit d’autonomie. Cette aide répond à des besoins particuliers et est accomplie en dehors de celle réalisée dans le cadre d’une rémunération professionnelle ou de volontariat défini par la loi du 3/07/2005 ».

  • Toute personne : Familles, amis, voisins… Dans le cadre du soutien Ă  domicile il s’agit dans 80% des cas de la famille au premier degrĂ© (parents / enfants / voisin).
  • RĂ©gulièrement : plus que les indispensables fraternitĂ© et solidaritĂ©, parfois mĂŞme 24h/24h et 7jr/7jr.

Dans le soutien à domicile, l’aidant proche est un pivot indispensable.

  • DĂ©ficit d’autonomie : ce dĂ©ficit d’autonomie concerne tout autant les handicaps, les maladies ou les accidents de la vie. Il concerne Ă©galement tous les âges.
  • RĂ©munĂ©ration professionnelle : celle-ci concerne tous les actes posĂ©s dans le cadre d’une relation contractuelle (ex : un service, un mĂ©decin…)
  • Volontariat : un volontaire a le choix de son engagement et de son action, ce qui n’est pas le cas pour nombres d’aidants proches.

Réalité particulière : Dans toutes les familles, il n’y a pas nécessairement un seul aidant proche. Et tous ne sont pas de la famille. Autrement dit, chacun prend la place qu’il veut ou qu’il peut prendre.

La fonction d’aidant proche n’est pas un choix en soi mais un élan qui découle en majorité de l’amour, de l’amitié, de l’affection…

Souvent, la relation d’aide entre l’aidant et son proche était existante avant que cette dernière ne soit en déficit d’autonomie. Ces liens continuent d’exister même si une relation d’aide s’installe entre ces deux personnes. La majorité des aidants ne se considèrent pas en tant que tels, ils se voient uniquement comme le conjoint, le parent, l’enfant ou l’ami de la personne à qui ils apportent une aide un accompagnement ou prodiguent des soins

Important : le masculin “aidant proche” est utilisé pour désigner aussi bien les femmes que les hommes.

Pour en savoir plus – DĂ©couvrez notre livret thĂ©matique « Suis-je un aidant proche ? »

Qu’est-ce que la reconnaissance légale de l’aidant proche ?

tousap-cube

Qu’est-ce que la reconnaissance légale de l’aidant proche ?

La reconnaissance légale de l’aidant proche est une disposition juridique qui définit l’aidant de la manière suivante :
« L’aidant proche est la personne qui apporte une aide et un soutien continus ou réguliers à la personne aidée. »

suivantes :

  1. avoir développé une relation de confiance ou de proximité, affective ou géographique avec la personne aidée
  2. avoir une résidence permanente et effective en Belgique
  3. ĂŞtre inscrit au registre de la population ou au registre des Ă©trangers

En outre, les conditions d’exercice suivantes doivent être réunies :

  1. exercer le soutien et l’aide à des fins non professionnelles, d’une manière gratuite et avec le concours d’au moins un intervenant professionnel
  2. tenir compte du projet de vie de la personne aidée

Par personne aidée, le ou les aidants proches peu(ven)t introduire, avec l’accord de la personne aidée ou de son représentant légal, une demande de reconnaissance, via une déclaration sur l’honneur, auprès de la mutualité du ou des aidants proches.

A l’heure actuelle, cette loi n’est pas entrĂ©e en vigueur, ce qui aurait dĂ» ĂŞtre le cas au 01/10/19, faute d’arrĂŞtĂ©s d’exĂ©cution. Bien qu’elle ait Ă©tĂ© complĂ©tĂ©e, en 2019, par des « complĂ©ments » (ex.: possibilitĂ© d’un congĂ© « aidant proche » de 1 Ă  6 mois, assimilables pour la pension, sous certaines conditions…), ceux-ci sont donc aussi en stand-by...

Pour en savoir plus – Contactez notre permanence Info’Aidants

081/30 30 32

Comment concilier mon emploi et ma vie privée/familiale ?
IlluConcillier-emploi-famille

Comment concilier mon emploi et ma vie privée/familiale ?

L’impact du rôle d’aidant proche sur les activités professionnelles est évident. Bon nombre d’entre eux ont dû réduire leur temps de travail voire cesser complètement pour être auprès de la personne aidée.

Il existe plusieurs dispositifs fédéraux qui permettent de faciliter la conciliation emploi-famille.

  • Les congĂ©s thĂ©matiques : (parental, palliatif, accompagnement de la maladie grave…)
  • Les crĂ©dits-temps : (accompagnement de l’enfant handicapĂ©, palliatif, accompagnement de la maladie grave…)

Ces congés sont accompagnés d’allocations et assimilés en partie pour la pension. Cependant les conditions d’accès varient énormément en fonction du secteur d’activité, du temps de travail et du statut du travailleur.

Il existe également des dispositifs pour les travailleurs indépendants et les chercheurs d’emploi.

Pour en savoir plus – DĂ©couvrez notre livret thĂ©matique « comment concilier mon emploi et ma famille ? »

À quoi sert la permanence Info’Aidants ?
Illu permanence

La permanence Info'Aidants propose

A raison d’une permanence téléphonique de 3 jours par semaine, et via une adresse email destinée à recueillir les demandes, la permanence vise à avant tout à écouter les appelants, souvent isolés face à leurs questions, leurs inquiétudes.

Personnalisée, gratuite et confidentielle, elle propose des informations sur mesure, en fonction des besoins et des souhaits exprimés par l’aidant, plongé dans une situation qui lui est propre.

Elle oriente entre autres, vers des services de professionnels intervenant à domicile, des ressources en termes de répit, d’hébergement…

Elle est aussi outillée pour diffuser des informations sur les droits sociaux, le relais locaux…

Enfin, si l’aidant le souhaite, elle peut entamer avec lui, un accompagnement dans ses démarches.

Le service de permanence est assuré tous les jours par email et  par téléphone les lundis, mercredis, jeudis de 10h à 16h.

081/ 30 30 32

À quoi sert la carte d’urgence Aidant Proche ?

illustration Carte aidant proche

Une des grandes inquiétudes des aidants, est d’être confronté à un accident, un imprévu, qui les empêche de prendre soin de la personne qu’ils épaulent.

Comment faire pour avertir ? Pour informer et demander qu’un relais soit fait ?

La carte d’urgence sert à cela :
se présentant en format « carte de banque », à glisser dans ses papiers, dans ses affaires, elle comporte le nom de l’aidé(e), et ceux des personnes-relais qui pourront la prendre en charge.

Plus encore, la carte « Personne aidée » est également disponible :
elle identifie la personne ayant besoin d’aide au quotidien, et les personnes-relais.

Pour en savoir plus – Contactez le 081/ 74 68 79

Je n’en peux plus, que puis-je faire ?
img-epuisement

Avant toute chose, il est important d’être conscient de deux éléments :

  • De ce que l’aidant assume
  • Des ressources qu’il met en Ĺ“uvre, jour après jour, pour faire face Ă  la situation.

Parfois, les difficultés sont telles qu’aucune issue ne paraît possible. Plus encore, le quotidien, avec son lot d’épreuves, renforce l’impression de ne plus avoir de vie « à soi ».

L’identité de l’aidant, paraît se restreindre à un univers fait d’aide, de soins, d’obligations, de soucis. Les autres facettes de ce qu’il est, disparaissent sous le « fardeau ». L’amertume peut amener à ressentir des sentiments négatifs (irritation, agressivité…), qui font partie de la situation.

Les exprimer est un premier pas, mais y réfléchir et poser des balises, est un plus.

Reconnaître sa valeur, dans tout ce que l’aidant apporte à son proche :

Les ressources dont il fait preuve, il doit également les cultiver pour réaliser à quel point ce qu’il fait est remarquable. Sans l’aidant, pas de maintien à domicile possible, pas de réflexion sur le projet de vie de l’aidé, pas de relais vis-à-vis des autres aidants, ou du réseau de professionnels éventuellement mobilisé. En être fier, c’est renforcer son estime de soi – ce qui n’exclut pas les tracas, mais permet d’y faire face avec davantage de sérénité. Croire en soi, s’apprécier, c’est gagner en confiance et c’est important d’en avoir conscience.

Être conscient de soi, du rôle qu’on accepte d’endosser, c’est aussi être au clair sur les limites de ce rôle :

Jusqu’où vais-je pour mon proche ?
Quels sont les actes que je ne me vois PAS faire ?
Comment les anticiper, le cas échéant ?

Réfléchir à ces questions, accepter une aide, professionnelle ou non, c’est le meilleur moyen d’alléger son quotidien. C’est aussi se prémunir contre des a priori négatifs sur ce choix : les limites sont propres à chaque situation, et personne ne peut émettre de jugement sur elles.

Partager son vécu, rompre l’isolement :

C’est Ă©galement une manière de dĂ©charger son trop-plein, sans culpabilitĂ©, soit parce que l’aidant est face Ă  une personne de confiance, soit parce qu’il s’est vu proposer des solutions qui lui conviennent, telles que des groupes de parole/soutien.

Par ces moyens, l’aidant peut faire le point, sans se sentir jugé, peut être écouté et orienté -et surtout, se rappeler qu’il n’est pas seul.

Pour en savoir plus – Contactez notre permanence Info’Aidants

081/30 30 32

qui apporte écoute et soutien, ainsi que nos antennes qui organisent des groupes d’entraide

 

Quelles mesures prendre face au coronavirus ?
safe_image

Pour tous les aidants proches qui se posent certainement des questions :

Informations utiles : https://cutt.ly/zts1yXt

Une vidéo vous explique : https://cutt.ly/5ts1OG3

 

D'autres questions ?

D'autres questions ?

Aidants Proches est Ă  votre Ă©coute.
Par téléphone, par e-mail ou sur rendez-vous.

Restez informé(e) !

Pour être tenu(e) au courant de nos événements !

Soutenez-nous !

Soutenez-nous !

Faites un don !

Contribuez à la pérennité de nos actions

DĂ©fiscalisation
pour les montants supérieurs à 40€.

Font Resize